Coordination sociale

 

02/220.24.27

 

 

La Coordination sociale est une concertation des acteurs sociaux locaux dans un souci d’identification et d’articulation des actions vers la population. Le dispositif de coordination sociale se veut un lieu de réflexion et d’orientation des politiques sociales au niveau local en donnant des avis et proposant des orientations tant aux partenaires locaux qu’aux autorités communales, régionales et communautaires, dans le respect des responsabilités et des compétences de chacun.

Elle est un lieu de convergence et de participation qui, à ce titre, veille au respect de l’identité, des actions et des responsabilités de chacun des partenaires et se dote d’un mode de fonctionnement démocratique.

Elle oeuvre principalement dans le domaine de la santé, du logement et du droit des étrangers.

 

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur le fonctionnement de la Coordination sociale du CPAS de Saint-Josse, cliquez sur le lien suivant :


Permanences

Uniquement sur rendez-vous.


Coordination sociale "santé" (CSS)

Les problématiques liées à la santé sont nombreuses et de nombreux tennoodois en sont victimes.

Tout d'abord, les inégalités de santé sont souvent corrélées à des inégalités socio-économiques. L'accès aux soins de santé diffère en effet selon le statut socio-économique. Les personnes les plus démunies n'ont pas toujours la possibilité de se soigner correctement.

Ensuite, les conditions de vie liées notamment au logement (insalubrité, non-conformité, non-accès au chauffage ou à l'eau chaude, etc.) et à l'alimentation (mauvaise alimentation, grignotage, manque de vitamines, etc.) jouent également un rôle sur la santé des personnes démunies. Si la pauvreté entraîne une dégradation de l'état de santé, une mauvaise santé peut aussi amener un appauvrissement. Il existe ainsi une corrélation réciproque entre la santé et le niveau de vie socio-économique.

Enfin, il est également important de prendre en compte les souffrances mentales dues à la grande précarité des personnes. Réciproquement, les souffrances mentales peuvent à leur tour rendre les personnes plus précaires et contribuer à leur appauvrissement tant matériel (chômage, diminution des revenus, perte d'un logement, etc.) que social (divorce, perte d'activités sociales, de liens sociaux, etc.).

La santé reste donc une thématique à analyser et à développer, notamment en raison du contexte bruxellois actuel (cf. : rapport bruxellois sur l'état de la pauvreté 2015 du Baromètre social). C'est ainsi que la Coordination sociale du CPAS de Saint-Josse-ten-Noode considère qu'il est essentiel de continuer les réunions autour cette thématique.


Coordination sociale "logement" (CSL)

Il existe un grand nombre de logements non conformes au Code bruxellois du Logement (insalubrité, humidité, installations énergétiques non conformes, etc.) à Saint-Josse-ten-Noode que bon nombre de propriétaires louent, parfois à des prix exorbitants. Il n'est en effet pas rare que des personnes à faibles revenus bénéficiant d'une aide du CPAS louent des logements à prix élevé à ce qu'il est convenu d'appeler des « marchands de sommeil ».

La problématique du logement reste donc une thématique délicate à aborder. De nombreux tennoodois vivent dans des logements inadaptés ou non conformes au Code bruxellois du Logement. D'autres n'ont pas de logement « fixe » et vivent donc à la rue ou sont hébergés provisoirement chez des proches ou des amis sans oublier ceux qui vivent dans des logements d'urgence ou de transit qu'ils peinent à quitter. A cela, s'ajoute la difficulté que rencontrent les usagers du CPAS à louer un logement dans le privé vu leurs situations administrative et financière. Il existe en effet une importante discrimination envers certains publics. Du côté des logements sociaux ou communaux, les demandeurs sont confrontés à des listes d'attente pouvant s'étaler jusqu'à une dizaine d'années avant l'obtention d'un logement.

Il faut également tenir compte de la problématique du sans-abrisme et du manque de places en maison d'accueil et centre d'accueil d'urgence en Région bruxelloise. Les situations de sans-abrisme chronique demandent également un accompagnement particulier de la part des travailleurs sociaux. Ces situations peuvent aussi toucher des familles. Bon nombre d'entre elles se présentent au service logement du CPAS après avoir fait l'objet d'une procédure d'expulsion. Le sans-abrisme s'élargit en effet à d'autres tranches de la population et devient une conséquence directe d'un manque de ressources financières.


Coordination sociale "droit des étrangers" (CSDE)

Il a été recensé plus de 150 nationalités différentes à Saint-Josse-ten-Noode et une soixantaine de langues parlées. Une grande richesse de par sa diversité culturelle, la commune représente un défi tout aussi grand pour les travailleurs sociaux.

Dès lors que la législation en matière de permis de séjour et de droits des étrangers évolue très rapidement, les acteurs sociaux doivent pouvoir y répondre en s'appropriant cette législation et pouvoir l'appliquer de manière correcte. Ils doivent donc pouvoir s'informer continuellement en la matière.

Cette thématique doit pouvoir s'inscrire dans un contexte plus large que celui du juridique. Ainsi, lors des réunions, il est essentiel de pouvoir aborder l'actualité, l'évolution des politiques liées au traitement des étrangers, l'intégration imposée aux personnes étrangères (Parcours d'accueil pour primo-arrivants, BAPA, etc.), la médiatisation du phénomène migratoire, etc.

Même s'il est essentiel de donner priorité aux questions juridiques indispensables dans un CPAS, les questions sociales et sociétales liées à l'immigration sont également importantes à prendre en considération. Il est utile de rappeler que la finalité première de toute coordination sociale est la lutte contre la pauvreté. Cette lutte passe aussi par la lutte contre l'exclusion sociale, la stigmatisation et toute autre forme de discrimination.